Livraison offerte dès 39 € | 1ere commande: -10% code "BIENVENUE"

Et si on vous annonçait 3 bonnes nouvelles en 2020 ?

visibility317 Vues person Posté par: Julie list Dans: ENVIRONNEMENT

Et si on vous annonçait 3 bonnes nouvelles en ce mois d’octobre ?

L’huile de palme, des utilisations toujours plus réduites !

Avant tout, saviez-vous que l’huile de palme ne sert pas uniquement à la célèbre pâte à tartiner. Vous pouvez en trouver dans de nombreux autres produits alimentaires, dans des cosmétiques, dans des savons et aussi dans votre carburant. Et oui, à tous les conducteurs de voitures roulant à l’essence, nous consommons de l’huile de palme. Autant vous dire que je suis tombée de ma chaise en découvrant ça !

Nous pourrons traiter de la composition des carburants, mais ici ce qui nous intéresse c’est l’huile de palme et le combat de certains pour faire réduire son utilisation.

plantation-palmiers-huile-champ-agricole-noix-coco-thailande_44353-1065

De nombreuses association, dont l’asso Canopée ou parmi les plus connues : Greenpeace, mènent, depuis des années un bras de fer avec le(s) gouvernement(s). Leur combat est multiple et est notamment celui de mettre fin à l’utilisation d’huile de palme dans les carburants. Aujourd’hui, c’est une petite victoire qu’on vous annonce. Officiellement, l’huile de palme est exclue des biocarburants depuis le 1er janvier 2020. Cependant, une multinationale s’est vu octroyer une exception : TOTAL ! Dans sa bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), Total continue d’utilise les distillats d’acide gras de palme (ou palm fatty acid distillate en anglais, PFAD).

L’association Canopée s’est enquérie de cette information et a attaqué cette décision au Conseil d’État. Pour cause de Covid le jugement n’a toujours pas été rendu. Cependant, l’association à mobilier les députés pour mettre un terme à ce scandale. C’est grâce à l’association que cette exception a été abolie, contre l’avis du gouvernement.

Le combat n’est (jamais) pas fini et il faudra continuer de garder un œil sur cette affaire.

En savoir plus sur l’association et leurs combats en cliquant ici : https://www.canopee-asso.org/nos-campagnes/stop-a-lhuile-de-palme-dans-nos-carburants/

Niveau écologique, certains Etats sont largement en avance et nous inspirent

conservation-environnement-dans-jardin-pour-enfants_1150-15276.jpg

On connait l’implication écologique grandissante pour la protection de la planète des pays scandinaves, comme la Norvège qui, bien que l’or noir et le gaz naturel représentent plus d’un tiers de ses exportations, s’est opposée au forage dans les îles Lofoten, joyau du cercle polaire.

Mais d’autres pays se démarquent encore davantage par leurs engagements et leurs avancées en termes de protection de l’environnement.

Découvrez 3 pays qui changent la donne et s’impliquent dans la lutte pour le climat :

Le Bhoutan

Ce pays (royaume) a une empreinte carbone négative. Oui, vous avez bien lu ! Négative ! Comment est-ce possible ? Je vous l’accorde, cela ne risque pas d’arriver dans un pays comme la France. En effet, le Bhoutan est un petit pays (près de 17 fois plus petit que la France) et très peu peuplé, seulement 38 394 km² (semblable à la population Suisse). Malgré tout, ses efforts sont louables. Le développement durable est la pierre angulaire de l’économie de ce pays. Les monarques n’ont de cesse de trouver un juste équilibre entre croissance économique et développement social, protection de l'environnement et préservation culturelle, le tout sous une bonne gestion gouvernementale.

D’autres pays nichés dans l’Himalaya sont également des modèles. Citons par exemple Le Sikkim, Etat de 620 000 personnes étendues sur plus de 7 000 km². Ce pays est la preuve que le respect de la Nature et une économie prospère et fructueuse sont largement compatibles

Le Costa Rica

Ce pays devient peu à peu un véritable exemple en termes d’écologie. 99 % de sa consommation énergétique est renouvelable, notamment grâce à ses éoliennes ou à la géothermie. Le pays s’est lancé un défi écologique d’envergure : celui d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Pour cela, différents sujets sont mis sur la table : réduction du nombre de voiture à 1.5M d’ici 2030, augmenter les transports urbains électriques, protéger le territoire et la biodiversité et reforester le territoire afin que la forêt puisse atteindre 60% du territoire d’ici 2050.

Autant de projets à suivre et qui auront, nous l’espérons un impact écologique notable.

Le Portugal

Les Pays Européens ne sont pas en reste. Nous aurions pu vous parler de la suisse ou de Chypre, mais arrêtons-nous sur Le Portugal. Devenu une destination à la mode ces dernières années, le tourisme de masse aurait pu anéantir tous les efforts de ce pays dans la préservation de l’environnement. Et bien non !  

De toute l’Union européenne, c’est le Portugal qui a le plus réduit ses émissions de CO2 en 2018, avec une baisse de 9%, contre 2,5% en moyenne. Lisbonne est d’ailleurs devenu en, ce début d’année, le porte-étendard de cet engagement en devenant la Capitale Verte Européenne

Le Portugal est l’un des premiers pays à avoir investi dans un réseau complet de stations de recharge pour voitures électriques. Les énergies renouvelables sont favorisées via l’instauration de tarifs avantageux, notamment sur les panneaux solaires. Ce qui porte ses fruits car nous constatons que 53% de la consommation électrique du pays est produite grâce aux énergies renouvelables (contre seulement 22 % en France).

La protection des animaux, un sujet de plus en plus important

 gros-plan-tigre-siberie-dans-jungle_181624-16309.jpg

De nombreuses motions ont été votées pour protéger toujours plus les animaux. Même si cela n’est pas encore assez, il est important de les mettre en lumière afin de donner l’exemple et d’inciter à encore plus d’actions concrètes.

Au Cambodge, les balades à dos d’éléphants, c’est fini ! Les balades à dos d’éléphant sont proposées dans différents pays d’Asie comme Le Cambodge, Vietnam, le Laos ou encore en La Thaïlande.

Jugées cruelles par les associations de défense des animaux, ces balades ont cessé en ce début d’année. Parmi les quatorze éléphants employés sur le site, cinq ont déjà été transférés dans une forêt à une quarantaine de kilomètres.

En France, c’est une victoire pour les défenseurs de la cause animale. La présence d’animaux sauvages dans les cirques itinérants va être « progressivement » interdite en France.

La reproduction et l’introduction de nouvelles orques et de dauphins dans les trois delphinariums du pays va, quant à elles, être prohibées. Bien qu’aucun calendrier précis n’ait été établi, ces interdictions donnent un espoir supplémentaire dans la protection des animaux et de la nature.

La ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, qui a présenté une série de mesures sur le «bien-être de la faune sauvage captive», a également annoncé la fin de l’élevage des visons d’Amérique pour leur fourrure, relevant que « notre époque a changé dans son attitude à l’égard de l’animal sauvage » [ndlr].

De bonnes nouvelles qui redonnent un peu de baume au cœur. Alors continuons nous actions et surtout n’oublions pas de Rendre la Nature à la Ville !

Pour plus d’articles, découvrez les autres posts présents sur le blog en cliquant ici.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Aout Septembre Octobre Novembre Décembre